Retour sur : Le Bardo Thödol – Apprendre à mourir et renaitre

template_article_bardo

 

Faussement et communément connu sous le nom du livre des morts Tibétain , le Bardo-Thödol, qui signifie en réalité La libération par l’écoute dans les états intermédiaires, est une œuvre majeure du bouddhisme tibétain.

Il regorge de profondeurs et d’enseignements sur les différents états de conscience et mondes que nous pouvons vivre ou créer par notre Esprit au cours de notre vie et au passage a un autre état* ( ou Bardo, car le mot mort n’est jamais mentionné dans le livre).

Il explique comment appréhender ces états pour ne pas s’y retrouver en errance et donne des clés pour les comprendre.

*On distingue six états intermédiaires :

  • du règne d existence
  • du rêve
  • de la méditation profonde
  • de la mort
  • de la Vérité en soi
  • du devenir

Présentation par Lama Anagarika Govinda

« Ce livre ne mérite pas seulement la plus grande considération des philologues, tibétologues, mais également celle des psychologues qui firent d’importantes découvertes grâce  a la connaissance du Bardo-Thödol.  Jung, par exemple, écrivit des commentaires significatifs a ce sujet. Nous commençons a considérer cette œuvre, non seulement comme un document important d’une spéculation religieuse ou d’une pensée mythologique, mais comme le fondement d’une connaissance psychologique qui appartient des lors a l’humanité dans sa totalité et n’est plus le bien propre d’une religion ou culture particulière. (..) Pour cette raison, nous considérons les enseignements du Bardo-Thödol comme une œuvre précieuse de la littérature universelle, tels la Bible, le Coran, les Upanishads, le Yi-King, le Tao-te-King, ainsi que les drames de Shakespeare, de Goethe, la Divine Comédie de Dante, et les grandes œuvres de la Renaissance. (..) Le Bardo-Thödol est une philosophie compréhensive et humaine qui s’adresse aux hommes et non aux dieux ou a des primitifs. »

Extraits et commentaires, par Eva K.Dargyay

« Il est clair que naissance et mort ne sont pas les phénomènes uniques de la vie et de la mort, mais qu’ils interviennent en nous d’une manière ininterrompue. A chaque instant, quelque chose meurt en nous et quelque chose vient a naitre. »

« Le corps est une conscience devenue visible »

« Les actes de l’homme, commis de son vivant, physiquement, en paroles ou en pensées, déterminent son destin dans l’état intermédiaire après la mort et la possibilité d’une naissance nouvelle. Tous les systèmes philosophiques hindous affirment unanimement que les actes, non seulement ont une conséquence immédiate, mais que leur potentialité latente se manifeste ultérieurement lors des circonstances appropriées ou chaque situation est le résultat de sa propre cause. Cet enchainement causal est nomme Karma. »

Source(s):
Bardo-Thödol, Présenté par Lama Anagarika Govinda, Albin Michel. (P18-19,P35,P111 )