Mon cœur est une porte ouverte

template_article_coeurouvert

 Dieu brise le coeur,

encore et encore

et encore,

– jusqu’à ce qu’il reste ouvert.

Hazrat Inayat Khan

 

Comme du cristal

 

E.Hemingway disait « Les meilleurs d’entre nous sont ceux qui possèdent la sensibilité au beau, le courage de prendre des risques, la discipline de dire la vérité, la capacité du sacrifice. Ironiquement, leur vertu les rends vulnérables. Ils sont souvent meurtris. Parfois détruits. »

Mais quelle est cette vulnérabilité, où prend-elle ses racines?

Souvent, les choses meurent ou s’étiolent parce qu’elles ont été trop touchées, meurtries, saccagées.  Mais parfois, les choses ne se brisent pas parce que elles ont été trop touchées. Il arrive qu’elles se brisent parce que personne ne les a touchées du tout. Peut-être qu’être oublié, incompris, délaissé est ce qui nous rend fragile, vulnérable, hypersensible.

Souvent, c’est parce que notre estime de nous est faible, tout comme notre confiance et notre amour envers nous-même.  Notre sensibilité est à nue et nous sommes comme un nouveau né face aux autres. Cette vulnérabilité est captivante, car elle est authentique, pure, cristalline. Mais en parallèle est elle source de souffrance, d’empathie disproportionnée, de culpabilité, de remise en question, d’oppression…

Lorsque nous sommes vulnérables et sensibles, la réaction la plus facile après la peine, est de s’ériger des défenses, voire même de devenir l’opposé : être hautain, agressif, passif-agressif, intouchable. Ce n’est pourtant en rien une réponse, car vous n’avez rien résolu, vous avez juste dissimulé ou fermé votre cœur. C’est une des pires choses que vous pourriez faire. Votre sensibilité est votre don, votre enfant, ce qu’il y a de plus cristallin et de beau en vous. Vous n’auriez pas idée d’enfermer un nouveau né ou d’ériger des barricades autour de lui.

Non, vous l’envelopperiez d’amour et de confiance. De même, soyez si enveloppé de votre propre estime et si aligné dans votre propre vie, que vous n’avez tout simplement plus l’énergie de souffrir de quelqu’un ou de quelque chose. Regardez ce qu’il arrive lorsque vous nourrissez une chose d’amour : elle grandit, se développe et croît en ses propres forces ; solides, stables.

Des profondeurs en miroir

Pour surpasser et comprendre ses ressentis, il faut se placer au dessus de ceux-ci et prendre de la hauteur.

Imaginez que votre égo est le point A , et que l’autre personne ou situation qui vous affecte est le point B. Que vous continuiez à penser selon le point A ou le point B vous serez toujours dans la confrontation des émotions ou des pensées et vous ne pourrez résoudre ou comprendre la situation.

Maintenant, adoptez la position C, la position de votre Moi supérieur, de votre Âme ou d’un témoin extérieur. Observez ce que ressent A, l’Émotion brute. Est-ce la peine? L’angoisse? Le malheur? La haine? L’abandon?  Creusez encore… Pourquoi? Ne cherchez pas la cause ou la réponse en B. En fait, il n’y est pour rien.

Je ne suis pas responsable de ce qu’on m’a fait, mais je suis responsable de ce que je fais avec ce qu’on m’a fait | Jacques Salomé

S’il n’y a pas d’ennemi dedans, l’ennemi dehors ne peut causer aucun mal | Proverbe Africain

Une mer entière ne peut couler un bateau, que s’il y a une fissure pour que l’eau y pénètre. De même, la négativité du monde ne peut te mettre a terre que si tu lui accordes de te pénétrer | Goi Nasu

Cherchez donc la réponse en vous. Déjà, vous serez dans une démarche de compréhension, de découverte et d’instruction et la lumière commencera a revenir. Toujours en tant qu’observateur, dites vous que ce qui vous arrive n’arrive pas contre vous, ou à vous, mais pour vous; et que l’autre n’est finalement qu’un miroir, un élément sur le chemin pour éclairer en nous ce qui manque de lumière, d’intégration, et d’amour.

Oui cela fait mal, l’obscurité lutte toujours, puisqu’elle est ignorance et fermeture. Mais cette souffrance, qu’elle s’exprime par une souffrance psychique ou une maladie physique, n’existe que pour signaler quelque chose qui n’a pas guérit en nous, c’est uniquement et fondamentalement une opportunité. Dites vous : il y a quelque chose à comprendre, sinon, je ne ressentirais pas cela. Demandez vous : qu’est ce que mon Âme veut guérir, transmuter ou faire évoluer pour mon bien, à travers cela?

Découvrez vous, sinon vous serez a la merci de l’opinion aléatoire des autres, qui ne se connaissent pas eux-mêmes | Osho

Demandez vous pourquoi ce type de situation vous arrive si fréquemment. L’univers est fréquence et vibration, il ne vous répond pas en vous donnant ce que vous voulez mais en vous donnant ce que vous êtes ou ce dont vous avez besoin. S’il y a doute et conflit en vous, il vous enverra des situations identiques. Si vous êtes amour et joie, il vous donnera l’opportunité de l’exprimer encore plus.

Sortir de la nuit

 

Retrouvez le céleste et le sauvage. Lorsque vous sentez le monde vous écraser jusqu’à la respiration, levez-vous. Allongez vous au creux de la forêt ou demandez qu’elle vous rencontre en pensée. Reposez dans cette beauté, près de l’eau qui nourrit les arbres et la vie. Buvez cette paix sauvage qui ne s’accommode pas des pensées et de la souffrance qu’elles entrainent. Devenez la présence de cette eau calme et soyez libre dans la grâce du monde.

Votre énergie est sacrée – choisissez avec sagesse et conscience avec qui vous la partagez. Ralentissez. Soyez patient. Même lorsque c’est dur. Particulièrement lorsque c’est dur. Restez humble. Nourrissez-vous sainement. Mais savourez cette pizza ou ce chocolat de temps a autre. Reposez vous, mais restez éveillé parfois pour admirer un ciel étoilé, partager un moment avec des amis, rire devant un film. Travaillez dur. Travaillez ardemment. Amusez vous follement aussi. Et priez avec encore plus de force. Demandez :

Illumine, ce qui est sombre en moi

Renforce, ce qui est faible en moi

Répare,ce qui est brisé en moi

Apaise, ce qui est blessé en moi

Guérit, ce qui est malade en moi

Réveille, quelque paix et quelque amour qui est mort en moi

 

Donnez sans attente. A vous-même aussi. Particulièrement a vous-même. Entretenez votre corps. Votre Esprit. Votre Âme. Faites le grand saut! Même si vous ne voyez pas le filet. Il apparait lorsqu’on est en vol. Croyez que l’Univers et la Source travaillent en votre faveur. Comprenez que:

Ce qui vous énerve vous enseigne la patience

Celui qui vous abandonne vous enseigne comment tenir sur vos deux pieds

Ce qui vous enrage vous apprend le pardon et la compassion

Ce qui vous opprime vous apprend à reprendre votre propre pouvoir

Ce que vous haïssez vous apprend l’amour inconditionnel et la compréhension

Ce qui vous angoisse vous apprend le courage de le surpasser

Ce qui vous échappe vous apprend a laisser aller

Aimez vous inconditionnellement, ainsi que tous ceux qui vous soutiennent. Choisissez de vivre par choix, non par hasard. Choisissez de changer, non de trouver des excuses. Choisissez d’être volontaire, non manipulé. Choisissez d’être utile, non d’être utilisé. D’exceller, sans être en compétition. De vous estimer, non de vous apitoyer. D’écouter votre voix intérieure, non l’opinion aléatoire des autres. Respirez à nouveau.

 

Source(s)
The Peace of Wild things,  Wendell Berry
Helena Simas (illustration)
Lectures d’Abraham Hicks, Tyler Kent White, Anthony Dru
Reflection, Vanessa Quintero
Le feng-shui a l’occidentale et l’effet miroir, Conférence de Thierry Seurre