La vie commence à la limite de votre zone de confort

template_article_comfort-zone

 

« La vie commence à la limite de votre zone de confort.

Vous ne trouverez pas la gloire au cœur de la prudence, mais sur ses bords.

Vous ne trouverez pas l’amour dans un endroit protégé, mais là où vous serez mis à nu. »

Nous sommes tellement habitués à nous manipuler nous-même, nous trouvant des excuses, nous répétant « je ne peux pas », « je ne veux pas », « c’est trop dur », que nous brisons tout avant même d’avoir essayé, et que nous oublions notre potentiel naturel, infini et illimité où le mot impossible n’existe pas. Nous nous affaiblissons et nous emprisonnons nous même.

Tout ce que dont nous avons besoin, ou envie, se trouve de l’autre coté de la Peur.

Vivre c’est risquer. Risquer d’aimer. Risquer de souffrir. Risquer de tomber.  La vie commence ainsi, par des chutes, des erreurs, des apprentissages, des expériences qui nous conduisent là où nous sommes amenés à être pour accomplir ce que nous sommes venus accomplir.

Lorsque nous nous enfermons dans nos habitudes, nos façons de penser, nos anciens schémas et toutes nos pensées négatives, nous stagnons. La stagnation, l’inertie n’est qu’un autre terme pour signifier la Mort. La vie, c’est vivant. Ca crie, ça chante, ça essaye.

Lorsque l’oiseau déploie ses ailes, il ne réfléchit pas. Il s’élance. Il ne faut pas nous questionner: et si je tombe? Mais laisser place à la confiance et la curiosité…: et si je vole?

Lorsque nous nous dépassons et sortons de notre zone de confort, nous nous découvrons profondément, nous allons à notre propre rencontre. Peut-être, nous allons apprendre que nous sommes forts, ou faibles, ou sensibles, ou meurtris, ou apeurés, et par-delà nous grandirons, nous nous illuminerons.

Dans la vie, il n’y a aucune sécurité réelle. C’est l’inconnu qui nous développe, le connu ne fait que nous enchainer.

Bien sûr c’est difficile, chaotique, pourtant, après la tempête, les chocs et les chutes, viendra le temps de la gratitude.

Si nous voulons voler, nous devons sortir de notre cocon et redécouvrir que nous avons des ailes. Mais comment le savoir sans les essayer ?

Nous devons apprendre à redevenir enfant. Un enfant est lui-même, il suit sa curiosité, il poursuit ses envies, il crie et s’extasie et sort de ses frontières.

Nous sentons tous dans notre cœur, très lourdement, le désir de créer nos rêves et de faire le nécessaire pour cela, nous savons que ce rêve a été mis en nous ainsi que les moyens pour le faire. Pourtant, nous écoutons nos pensées, nos doutes, nos craintes, et l’on enfoui se rêve en nous. Il reste tapi dans l’ombre nous brulant de l’intérieur. On continue notre travail, pour assumer nos responsabilités, nos fardeaux, notre image, les rêves que quelqu’un d’autre a mis en nous, la société, la famille, et nous ignorons la douleur qui appelle en nous. Nous sommes conditionnés à la conformité.

Déployez votre rêve intérieur et comme le disait Paolo Coelho, saisissez votre Légende Personnelle, créez votre vie autour de ce rêve. Peut-être marcherez-vous dans la solitude un moment, ou dans la misère, cela sera peut-être le pire moment de votre vie, mais la certitude est que vous ne vous sentirez jamais aussi fort et puissant.

Les leçons que la douleur, la peine et la souffrance peuvent nous enseigner, ne peuvent pas être apprises par le confort et la joie.

Sachez qu’il n’existe aucun critère à la Vie.  Parfois, nous attendons le bon moment, que certaines choses soient en place, nous mettons des critères « quand j’aurais ceci, ou cela. » Mais la Vie fleurit et s’épanouit comme elle l’entend, comme elle le veut. On ne peut la saisir ni la contrôler, on ne peut pas lui demander ou l’obliger, ni l’attendre. Car la Vie appelle la Vie. Souvent, il faut faire les choses avant de penser que nous sommes prêts, avant de penser que nous pouvons les faire.

Et en les faisant, on réalise qu’il existe quelque chose en nous, en chacun de nous.

-Emmanuelle Dessaigne

Source : Amy Poehler, C. JoyBell C. , Pandora Poikilos, Ernest Agyemang Yeboah, Neale Donald Walsch. Merci a mes guides de m’avoir inspiré ce message.