S’abandonner à la vie

template_article_aimervie

Extraits magnifiques et pertinents de la sagesse d’Osho :

« Les gens sont durs. La vie les prépare à être durs car elle les prépare à se battre. Peu à peu, ils perdent toute tendresse intérieure; ils deviennent comme des pierres. Et un être dur comme la pierre est un être mort. Il ne vit qu’en apparence, il ne vit pas vraiment. La vraie vie est faite de douceur, de vulnérabilité, d’ouverture. »

« Où que vous soyez, c’est toujours au commencement. C’est pourquoi la vie est si belle, si jeune, si fraîche.
Quand vous pensez que quelque chose est achevé, vous devenez comme mort. La perfection, c’est la mort, aussi les perfectionnistes sont-ils suicidaires. Vouloir être parfait est une façon détournée de se suicider. Rien n’est jamais parfait. C’est impossible parce que la vie est éternelle. Rien ne se conclut jamais ; il n’y a pas de conclusion dans la vie – juste des sommets de plus en plus hauts. Mais une fois que vous avez atteint un sommet, un autre vous défie, vous appelle, vous invite. »

 « Faites confiance à la vie. Faites confiance à cet instant, ici et maintenant. Vous n’avez pas besoin de vous faire de souci. Quand c’est le temps, l’arbre fleurit. Quand c’est le temps, les fruits sont mûrs, prêts à tomber, à mourir dans la terre, à donner de nouvelles graines, de nouveaux arbres, et le cercle éternel continue. De chaque instant naît un autre instant. Vivez-le aussi totalement que possible, car à travers cette totalité, un autre verra le jour. Les pétales n’hésitent pas, ils sont prêts. Ils ne savent pas où ils vont, ils ne savent pas si là, en bas, il y a de la terre. Peut-être que c’est un abîme sans fond Mais les pétales ne doutent pas, ils n’hésitent pas. Mourez au passé ! Mourez au futur et vivez dans le présent ! Laissez-moi répéter ce dicton soufi : Faites simplement confiance ! Les pétales ne tombent-elles pas en tourbillonnant, juste comme ça ? »