La Vie est une vague

template_article_vague

 

 

La vie est une vague, faite de spirales et d’élans ; c’est une montagne, faite de creux et de crêtes ; c’est aussi une danse. Une danse des polarités.

Nous souffrons dans cette danse parce que notre esprit n’est pas souple et adaptatif comme l’eau, il est rigide et conditionné par nos habitudes, nos attentes, nos étiquettes, comme autant de prisons, si bien que nous avons tous ce que j’appelle l’arthrite du cerveau.

La vie est faite d’énergies contraires et d’éléments distincts qui cherchent à maintenir un équilibre ou à se définir l’un par l’autre.

Comment définir ce qu’est un ciel sans parler de la terre, comment définir ce qu’est le jour sans savoir ce qu’est la nuit ? Il n’y a rien en ce monde qui ne soit bien ou mal,  tout est simplement différent pour que la vie soit manifeste.

La polarité c’est aussi l’autre, et l’autre n’est simplement qu’une autre version de moi.

Quelle distinction existe-t-il entre la vague dans sa hauteur et dans sa profondeur ?

Quelle distinction existe-t-il entre la graine, la fleur et le fruit ?

La forme, juste la forme.

L’eau est la même.

La fleur est dans la graine, la graine est dans la fleur.

Ce n’est qu’une potentialité non manifestée.

Quelle est la différence entre l’enfant, l’adulte et le vieillard ? À chaque fois, c’est vous.

Seule la forme diffère, la potentialité est toujours là, juste plus ou moins manifestée, ou plus ou moins latente simplement.

L’autre, c’est une potentialité de moi manifestée qui vient danser avec moi pour faire naitre en moi d’autres potentiels.

Beaucoup de souffrances naissent du fait que l’on identifie comme externe toute demande de croissance qui a d’abord été formulée à l’interne et à laquelle la vie a répondu en nous donnant les conditions favorisant celle-ci et qu’il faut donc comprendre et accueillir.

Le jeu des contraires nous permet de nous identifier et en même temps de comprendre que cette identité n’est qu’unité.

Je suis unique mais nous sommes un.

La règle fondamentale pour respirer au fil du bercement des vagues de la vie est que, si l’on a l’impression de ne pas contrôler ce qui nous arrive, nous pouvons contrôler la manière dont nous réagissons aux choses que l’on ne peut pas contrôler; et de là vient tout notre contrôle.

-Emmanuelle Soni-Dessaigne