Les Superaliments n’existent pas

superfood

 

L’idée qu’il existe des aliments « meilleurs » que d’autres est absolument erronée. Le petit radis du jardin a autant de valeur qu’une baie de Goji. La nouvelle science qui se veut de disséquer et classifier les aliments selon leurs composants, leur valeur antioxydants etc. n’incorpore pas les critères essentiels et fondamentaux qui permettent de savoir si un aliment nous est bénéfique ou non et dans quelles proportions.

Les critères ayurvédiques comprennent entre autre le Virya ( potentiel réchauffant ou refroidissant ), le Rasa ( la saveur, le gout ), le Vipaka ( effet post digestif ), le Prabhava ( effet spécial ), …ainsi que la Nature de la personne ( Prakriti ) et son état actuel ( Vikriti ).

Chaque produit de la nature est divin à sa façon. Il n’y en a pas de meilleur qu’un autre si on sait les apprécier et les utiliser quand et comme il faut.

Il y a tout un marché autour de ces nouveaux aliments que l’on essaye de nous vendre, et ceci n’a finalement aucun sens du point de vue de la sagesse médicinale.

Il convient aussi de retracer leur utilisation traditionnelle et culturelle (quel contexte, quel dosage, etc.) afin de comprendre s’ils sont adaptés pour nous.

Pour lire plus ici.

Pour votre Santé, évitez les Jus et Smoothies

smoothies

Parlons de cette tendance qui dure. Il est maintenant très courant d’investir beaucoup d’argent dans l’achat d’extracteurs de jus, de mixeurs, de Blender…dans le but de faire ces soi-disant boissons et jus santé proclamés remèdes contre presque tout du cancer a l’arthrose aux désordres digestifs. Cette fausse vérité est tellement ancrée qu’elle est maintenant presque imprimée de manière certaine et inébranlable dans les esprits.

Eh bien, l’Ayurvéda à un autre point de vu, opposé, sur le sujet et voici pourquoi il est important de reconsidérer ces rumeurs.

En Ayurvéda, notre Agni ou feu digestif est un de nos plus précieux trésors. Il est dit que 99.9% des maladies commencent dans le corps par une mauvaise digestion, assimilation, élimination. De même, la médecine traditionnelle Chinoise tient en plus haute estime notre système digestif, le considérant comme un feu sacré.

Afin que ce feu puisse continuer de bruler et de maintenir notre santé et prolonger notre vie, il est nécessaire de lui fournir une nourriture appropriée. Les jus crus n’entrent pas dans cette catégorie. Voici pourquoi.

COMPRENDRE LA PROBLEMATIQUE

  • Les jus crus et autres concentrés sont souvent servis froids ou glacés, ce qui est un désastre pour notre digestion et notre poids.

  • Ils contiennent l’essence même des aliments rendant la préparation très lourde à digérer contrairement à ce qui est dit. « Svarasa » ou le jus d’une plante est consideré comme l’une des préparations les plus lourdes a digérer selon la pharmacopée Ayurvédique. Prenons l’exemple de la marmite mijotant sur le feu. Le feu est notre Agni, notre feu digestif. La marmite est notre estomac, prêt à recevoir la nourriture, ainsi que tous les organes associés pour la transformer. Si nous mettons de l’eau froide cela mettra du temps à bouillir. Et si, alors que l’ébullition est en cours, nous ajoutons quelque chose de similaire froid et lourd, non seulement nous allons à nouveau ralentir la cuisson mais sans doute mettre le feu aussi au ralentit, ce qui finalement conduira à prendre des heures. Similairement est notre système digestif. Il faut s’assurer dans tous les cas d’avoir digéré notre précédent repas ou boisson avant de manger/boire à nouveau, et a tout prix éviter de terminer un repas par un jus ou smoothie.
  • La combinaison alimentaire est souvent inappropriée (tel fruits sucrés et acides, légumes verts et fruits, etc. alors que les fruits doivent toujours être pris séparément), rendant encore plus complexe la digestion et requérant beaucoup d’énergie pour séparer et assimiler la préparation. Pour qu’un repas soit proprement digéré il faut que les aliments se marient ensemble (c’est pourquoi autrefois la cuisson se faisait lentement sur feu de bois ou à basse température pendant des heures afin que les saveurs et propriétés inhérentes de chaque aliment se mélangent harmonieusement) ; il faut également que les aliments soient mâchés (dois-je rappeler que boire n’est pas manger et que les enzymes digestives ne sont pas secrétées de la même manière). Mélanger de nombreuses choses différentes, aux propriétés différentes, dans un mélangeur, à haute vitesse, ne permet pas à la magie d’opérer ni aux transformations subtiles de se faire, ce qui pourtant est crucial. Tout cela conduisant éventuellement a des fermentations et une indigestion, donnant la sensation de satiété, de lourdeur, qui n’est pas de bon augure. Toute nourriture non métabolisée/non digérée correctement crée des déchets et toxines ( Ama ) qui s’accumulent et finalement s’installent profondément dans les méridiens et les tissus ( Dhatus, tel que sang, os, graisse, muscle…)  conduisant à des maladies plus sérieuses.
  • Les Smoothies sont souvent fait avec des bananes qui sont Douces et Lourdes par nature. Elles ne conviennent pas lorsque le système digestif est sensible, ni lorsque le climat dans lequel on vit est frais/froid, et de plus, si elles sont ingérées sur estomac vide comme c’est souvent le cas au petit déjeuner, elles ont la particularité de bloquer les canaux d’énergie subtils et vitaux. Elles sont également a éviter dans toute condition de prédominance Kapha, et de toxines (langue chargée, cancer, désordres digestifs, etc.).
  • Souvent, des “Superaliments” sont rajoutés tels graines de Lin/Chia, baies de goji, huile de Coco (qui est lourde à digérer et impropre à consommer en climat froid), Spiruline/Chlorelle (qui sont prohibées, comme tout produit de la mer, dans tout désordre du foie en Ayurvéda ) ; rendant la boisson encore plus lourde et complexe.
  • Les qualités ou attributs (Gunas) des jus ou concentrés sont généralement : froid, sec, rugueux (de par les fruits et légumes contenus qui ont ses propriétés post digestives – Vipaka). Ces attributs sont similaires à ceux du dosha Vata, aggravant ainsi les personnes de constitution Vata (Vata Prakriti), ou en état Vata (Vata Vikriti). Parfois, l’attribut est aussi Lourd, ce qui dans ce cas va aussi aggraver le dosha Kapha, mauvaise nouvelle pour les personnes ayant des toxines ou recherchant une perte de poids. Noter aussi qu’aucune perte de poids ne peut être durable par consommation d’aliments ou boissons de nature Froide. Malheureusement, souvent les personnes qui se tournent vers cette nouvelle tendance aux jus crus le font parce qu’elles recherchent santé et guérison de désordres digestifs, dont la cause sous-jacente est souvent un désordre Vata et/ou Kapha, ne réalisant ainsi pas qu’elles ne font qu’empirer le problème sur du long terme. Ainsi, ne tarderont pas à se manifester : gaz, ballonnements, diarrhée ou constipation, énergie et humeur variable, digestion variable, accumulation de déchets ( Ama ),  désordres articulaires et hyperlaxie, manque de concentration, insomnie, désordres nerveux, troubles hormonaux, infertilité, baisse de l’énergie vitale et dégénérescence, fatigue, etc. Il est de prime importance de regarder les attributs des aliments plutôt que leur contenu nutritionnel. C’est la base de la cuisine Ayurvédique et la clef pour comprendre comment faire de notre assiette notre meilleur allié pour la vie et notre premier médicament.
  • Ces préparations peuvent déséquilibrer le métabolisme créant des problèmes de catabolisme/anabolisme se traduisant souvent par un changement ou des fluctuations dans la silhouette, l’énergie et le poids.

TROUVER L’EQUILIBRE

Bien-sûr, les aliments crus contiennent plus de minéraux, d’antioxydants, de micronutriments et de vitamines en comparaison avec ceux cuits  (bien que certains comme la Tomate et son Lycopene voient leur contenu accroitre par cuisson). Cependant, quel est l’intérêt d’en consommer si ils ne sont ni digérer ni assimiler en bout de ligne ? L’équilibre réside dans une méthode de préparation et cuisson appropriée, suffisante pour garder notre feu digestif, assez douce pour garder l’essence de l’aliment.

Ne mélanger pas du cru et du cuit au même repas. Choisissez l’un ou l’autre, car les enzymes nécessaires a la digestion ne sont pas les même pour chacun et conduiraient à un affaiblissement du feu digestif ou une mauvaise digestion.

Les épices, sont une aide précieuse pour contrer les qualités inhérentes des jus et concentrés crus, tout en parfumant de saveurs. Au choix : poudre de gingembre sec, cannelle, cardamome, curcuma, fenouil, ajwain, etc.

Servir tiède ou à température de la pièce.

Rester dans la simplicité (carotte/betterave ou pomme/poire, etc.) simplifiera le cote dense et lourd.

Éviter de consommer en Hiver ou si votre digestion n’est pas optimale.

Essayer vos légumes en soupe légère pour changer :)


Partager c’est prendre soin.

Merci de partager l’information et de contribuer a la diffusion d’enseignements Ayurvédiques authentiques pour la Santé et la Vie.

-Dr. Manan Soni & Emmanuelle Dessaigne

Miam-Ô-Fruit : recette tendance, sans bon sens

miamfruits

Si vous êtes tenté(e)s d’essayer cette recette qui fait plutôt fureur prônant perte de poids, vitalité, transit, etc. voici la vision Ayurvédique éclairant pourquoi elle est impropre à consommer de manière régulière et sur du long terme.

Aujourd’hui, il existe une infinité de modes « Santé » qui pour la plupart ne sont pas du tout adaptées pour chacun.

D’une part, parce qu’elles n’ont pas plus d’un siècle de recul, ne pouvant prouver ce qu’elles avancent, quand l’Ayurvéda est une sagesse et science de la Vie multimillénaire.

D’autre part, elles clament tel ou tel bénéfice se penchant sur le contenu vitaminique, calorique, nutritionnel, et ceci d’une manière généralisatrice, comme si cela était adapté pour tout le monde. L’Ayurvéda comprend qu’un aliment a différents paramètres à prendre en compte ( Rasa, Guna, Triguna, Prabhava, Virya, Vipaka,etc. ) et non seulement son profil scientifique.

Surtout, ce qui fait la beauté et la clef de cette compréhension, c’est qu’elle est mise en application dépendamment de la personne, selon son âge, sa constitution, son état de sante, sa digestion, et plusieurs autres critères qu’un praticien en Ayurvéda saura discerner.

Revenons donc à cette recette qui se prépare comme suit:

  • 1/2 banane écrasée à la fourchette jusqu’à la rendre liquide et légèrement brune
  • 2 cuillers à soupe d’huile de colza bio ou une cuiller à café d’huile de lin + une cuiller à soupe d’huile de sésame crue non toastée. On émulsionne l’huile dans la banane, on ne doit plus voir l’huile.
  • 1 cuiller à soupe rase de graines de lin broyées finement
  • 1 cuiller à soupe rase de graines de sésame broyées finement
  • 1 cuiller à soupe d’un mélange de 3 autres graines broyées (cajou, arachide, noix, noisette, tournesol, pépin de courge, etc. au choix)
  • 2 cuillers à café de jus de citron frais
  • Plusieurs fruits ou morceaux de fruits différents : pomme, poire, kiwi, papaye, mangue, litchi, longane, ramboutan, ananas, fraise, framboise, fruit de la passion, fruit du dragon, groseille, prune, mirabelle, pêche, abricot, mûre, airelle, corossol, pomme cannelle, etc….selon la saison et le lieu.

Démystifions-la

  • Les bananes sur estomac vide/à jeun bloquent et ferment les méridiens, ou canaux d’énergie subtils et vitaux
  • Les bananes sont lourdes à digérer et impropres à consommer en climat froid. Elles peuvent aggraver le Dosha Kapha et/ou les toxines.
  • Fruits + Huiles + Oléagineux (noix) est un mélange incompatible et lourd à digérer, encore une fois.
  • Certains fruits ne sont pas compatibles ensemble (doux et acides, par exemple)
  • Le Citron n’est pas bénéfique pour tous, par exemple pour ceux ayant des troubles digestifs, un trouble du Dosha Pitta
  • Le Cru n’est non plus pas bénéfique pour tous, idem pour les personnes ayant un désordre digestif et un déséquilibre des Doshas
  • Cette recette est globalement de nature Froide, ce qui la rend impropre à consommer lorsque le feu digestif est faible (tendance a constipation, gaz, ballonnements, irrégularités, sensation de lourdeur, etc.) et lorsque vous vivez en climat froid.+

Cette recette, contrairement à ce qu’elle clame n’est pas du tout digeste mais plutôt difficile à digérer. Si vous la digérez mal, alors vous êtes mal nourrit, donc en effet vous allez perdre du poids car aucune nutrition n’en ressort.

Au début, vous allez avoir une sensation de bien-être, le catabolisme va augmenter ce qui favorisera également peut-être une perte de poids superficielle. Mais ce n’est qu’initialement.

Si vous continuez à la consommer de manière régulière et sur du long terme, l’anabolisme va devenir prioritaire et le poids va inévitablement augmenter, conduisant à une digestion chamboulée, et un désordre métabolique, qui sera d’autant plus sérieux que si vous essayez ensuite de changer d’alimentation et d’habitudes cela sera difficile.

Conclusion

Écoutez votre corps et le bon sens, ne suivez pas les tendances. Renseignez-vous surtout avant de vous lancer dans ces nouvelles modes, allez selon votre intuition, essayez doucement ce qui vous tente vraiment et voyez si cela vous convient ou non, mentalement et physiquement.

Aucune vérité ne peut être générale, ne lisez pas la perte de poids qu’a expérimenté cette inconnue ou les multiples témoignages vantant les bénéfices, car vous êtes unique.

Votre perte de poids, votre vitalité, nécessite probablement une autre approche, personnalisée, adaptée, adéquate, Ayurvédique.


Partager c’est prendre soin.

Merci de partager l’information et de contribuer a la diffusion d’enseignements Ayurvédiques authentiques pour la Santé et la Vie.

-Dr. Manan Soni & Emmanuelle Dessaigne

L’impact de la consommation de viande

template_article_impactsviande

 


Je ne mange pas d’animaux. Je ne digère pas l’agonie .
Arielle D.

 

Les animaux sont mes amis et je ne mange pas mes amis .G.B. Shaw

 

On reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux.Gandhi

 

Par an, dans le monde, environ 60 milliards d’animaux sont abattus pour leur chair, auxquels s’ajoutent des centaines de milliards d’animaux aquatiques. L’élevage pollue plus que tous les transports réunis, et impose des conditions de vie misérables à la plupart des animaux concernés. 33% des terres arables sont utilisées pour produire l’alimentation de ces animaux captifs tandis que plus d’un milliard d’humains souffrent de la faim.

L’enfermement en cages, l’entassement des animaux dans des bâtiments clos, les mutilations, la détresse due aux mauvaises conditions de transport et d’abattage…tout ceci ne doit plus être cautionné.

Les animaux sont des êtres conscients ; ils ont des savoirs, des désirs, des émotions. Comment des lors aspirer a un monde plus beau, plus juste et équitable si nous ne sommes pas capable d’agir de manière responsable, consciente et respectueuse envers les animaux ou la nature? Comment pouvons nous être correctement nourris ( physiquement et spirituellement ) sachant que la souffrance engendrée en amont est forcement contenue dans le morceau de viande de notre assiette?

Les humains n’ont pas besoin de consommer de produits animaux pour vivre en bonne santé, ou tout du moins en aussi grande quantité et d’une qualité aussi pauvre même toxique.

N’est-il pas temps de faire en sorte que notre société ne permette plus des pratiques d’une violence inouïe envers des êtres sensibles ?

Le débat citoyen et les institutions publiques ont un rôle à jouer pour faciliter la transition vers des modes de production et de consommation qui ne reposent plus sur la tuerie des animaux.

L214 Éthique & Animaux est une association loi 1908 tournée vers les animaux utilisés dans la production alimentaire (viande, lait, œufs, poisson), et révélant leurs conditions d’élevage, de transport, de pêche et d’abattage. Les vidéos et enquêtes menées sont absolument insoutenables, il est plus que temps temps de réagir. Le site viande.info regroupe également beaucoup de contenu sur ces problématiques et enjeux majeurs actuels.

 

Source(s)
LeMonde.fr
L214 Éthique et Animaux
abolir-la-viande.org